• Fleuve Orb aux environs de Béziers

     

     

      
                                              Fleuve Orb aux environs de Béziers

     

    Alors ! Raconte ! N° 63 

     

     

     

          

     

                                C’est une histoire d’eau.

     

     

     

                        L’Hérault est un amphithéâtre posé face à la Méditerranée. Descendant de montagnes en collines pour rejoindre la mer, traversant une mosaïque de paysages aux couleurs variant au gré des sols et des climats, le fleuve Orb irrigue un bassin de 1330 km2. De sa source dans les gorges de Romiguière à 825m d’altitude à son embouchure en mer à Valras, il court de cascades en plans d’eau sur une longueur de 135,9km. Dès sa source en un torrent capricieux il descend de 400 mètres et retrouve sa sérénité dans la retenue d’Avène puis, jusqu’au Bousquet d’Orb, dans la forêt domaniale des Monts de l’Orb, son cours s’accélère avec une pente de 7,6% en traversant de beaux paysages de châtaigneraies. A partir du confluent avec le Gravezon à Pont d’Orb, sa vallée s’élargit jusqu’au confluent de la Mare. De 70m de largeur son lit passe à 300m. A la hauteur de Bédarieux, il amorce une courbe vers l’ouest. A Hérépian, il est alimenté par la Mare. Peu à peu, la vallée s’encaisse pour constituer le site dolomitique des gorges d’Héric au pied du Caroux. Passé la ville thermale de Lamalou les Bains, il retourne vers le sud à hauteur de Tarassac où il reçoit les eaux du Jaur. Son cours s’accélère dans les gorges étroites qui mènent vers Vieussan et Roquebrun. Un bonjour aux canards du plan d’eau. Il passe le défilé du Foulon dont une très belle cascade fait le bonheur des kayakistes. A Lugné, le Rieu Berlou, puis le Vernazobre l’alimentent. Le bassin hydrologique s’élargit pour se resserrer après Cessenon en un lit de 100m encaissé de 7m jusqu'au verrou de Réals, endroit célèbre pour ses rapides, son chaos et sa base de canoës-kayaks. Après ce défilé, son lit s’élargit des terrasses de Murviel les Béziers jusqu’à Béziers où il reçoit au pied du pont vieux le Lirou. Ensuite, l’Orb passe à Sérignan et s’écoule lentement, avec un faible dénivelé jusqu’à son embouchure à Valras.

     

                       Son débit moyen est de 23,7 m3 par seconde (observé à Béziers sur une période de 42ans). En hiver, de novembre à avril – entre 29 et 41m3/s. En août – 5,3m3/s. Ses crues sont mémorables notamment celle du 5 décembre 1987 où son débit instantané a été de 1630m3/s (plus que le débit de la Seine à Alfortville qui ne monte qu’à 1600m3/s). Cette crue était d’ordre vicennal, c'est-à-dire qu’elle est destinée à se reproduire statistiquement tous les 20ans.

     

                        Ses affluents sont au nombre de trois rivières (la Mare- le Jaur – le Vernazobre) et de vingt deux ruisseaux (Gravezon-Vèbre-Vals-l’Aube-la Mare-rieu Pourquier-Madale- Bidoulet-Rec Grand-Arles-Albine-Héric-d’Escagniès-de Laurenque-Rieu Berlou-de Landeyran- de Ronnel- Rieutort-Taurou-Bagnols-Lirou-Merdenson).

     

                         Le fleuve traverse 33 communes.

     

     

     

                   Pour relier les hommes, les terres et les villages, depuis l’Antiquité, des ponts ont permis d’amener la vie et la civilisation.

     

     

     

     

                                                            Le pont de Ceps

     

     

     

                            Construit au 19ième siècle dans les années 1880, ce pont d’une longueur de 116 mètres et d’une largeur de 4,6O mètres permet de franchir l’Orb et d’accéder au petit hameau de Ceps par la route départementale 14E8 pour rejoindre la départementale 14.

     

                            Ce vieil ouvrage en maçonnerie de pierres, comporte 6 travées de 14 mètres chacune. Ces travées n’ont jamais engendré de gros travaux, si ce n’est que le renforcement des parties immergées qui subissent de plein fouet les assauts de l’Orb surtout au moment des crues.

     

                                                    -----O-----

     

     

     

     

       

                                               Le pont de Roquebrun

     

               

     

                             Le pont de Roquebrun est un bel ouvrage en maçonnerie de pierres, constitué de 7 travées de 14 mètres chacune pour une longueur totale de 12O mètres et une largeur de 6 mètres. Il permet à la route D14 de relier La Salvetat sur Agoût à Fleury d’Aude.

     

                              Construit en 1869 au 19ème siècle, comme la plupart des ponts sur l’Orb, il relie l’ancien et le nouveau village. L’ouvrage bénéficie d’une surveillance continue vue son importance économique et géographique.

     

                               Lors de son inauguration, les roquebrunais y dansèrent trois jours et trois nuits.

     

                                                        -----O-----

     

     

     
                                                Le pont de Cessenon

     

     

     

                                Ce pont, bien connu des randonneurs, enjambe l’Orb dans la commune de Cessenon. D’une portée de 113 mètres et d’une largeur de tablier de 6,80 mètres, il fait partie de la famille des ponts suspendus de l’Hérault. C’est par décret du 3 mai 1865 que sa construction a été décidée. Il a été inauguré le 30 mars 1866. Son coût s’élevait à 110.000fr. La crue de 1930 lui fut fatale, les eaux emportèrent le tablier mais son utilité permit une étude rapide. 

     

                                 Il a été reconstruit en 1931 par l’entreprise Baudin et mis en service en 1932 bien que l’on peut relever sa date d’inauguration sur un pilier côté rive droite en 1950. Ce pont suspendu routier métallique en acier permet le franchissement de l ’Orb par la route D136.

     

                                 Sa structure nécessite régulièrement des travaux de renforcement. Il a subi en 1995 une remise en peinture générale. Cet ouvrage est éclairé.

     

                                                            -----O-----

     

     

     

                                              Le pont de Réals

     

     

     

                                  Le pont monumental est constitué de deux structures de matériaux différents. L’accès en maçonnerie de pierres, il possède 6 voûtes de 13 mètres côté rive droite de l’Orb et côté  rive gauche, une voûte métallique en arc surbaissé de 50 mètres.

     

                                  La longueur totale de ce pont est de 160 mètres. Sa largeur est de 5,60 mètres sur la partie maçonnée et de 4,50 sur l’ouvrage métallique.

     

                                  Construit en 1893, il permet de relier par la D36 les communes de Cessenon et Murviel les Béziers.

     

                                                    -----0-----

     

     

                                          Le pont de Cazouls les Béziers

     

     

     

              Le pont suspendu de Marolles dit ‘’ pont Gaston Doumergue’’ permet à la route D16 de franchir l’Orb et de relier la commune de Cazouls les Béziers à celles de Thézan et Murviel.

     

                                    D’une longueur de 122 mètres et d’une largeur de 4,50 mètres, cet ouvrage a été construit en 1926. Il a subi d’importants travaux de renforcement de 1954 à 1988.

     

                                     Ce pont fait l’objet d’une surveillance permanente à cause de l’importance du trafic de poids lourds. Ce pont a remplacé un autre ouvrage suspendu construit en 1860, sûrement détruit par une grosse crue du fleuve.

     

                                                      -----O-----

     

     

                                                                                                                                                                                                                                 Le pont de Tabarka

     

                                       Le pont de Tabarka est un pont métallique construit fin du 19ème siècle du type Eiffel. Il enjambe l’Orb et relie Béziers à Maraussan. Il a été construit lors de la création de la voie ferrée allant de Béziers Gare du Nord à Saint Chinian exploitée par les Chemins de fer de l’Hérault.

     

                                       Après la fermeture de la liaison ferroviaire en 1969, il fut transformé dans les années 70 pour permettre le passage des voitures. A cette occasion, il fut doté d’une passerelle piétonne sur son côté amont.

     

     

                                                         
                                   Le pont vieux de Béziers

     

     

     

                                        Le pont vieux, comme son nom l’atteste est une construction d’architecture romane (12ème siècle) à Béziers. Pendant très longtemps, il est resté le seul point de passage pendant 700 ans sur le chemin de la Provence à Toulouse. Il a été remanié à différentes époques (14/15 et 16ème siècles) Dans des écrits royaux, Charles VII et Louis XI parlaient d’un pont ‘’de grande ancienneté, somptueux et de grand édifice’’. Il a été le plus grand pont de l’époque. Il a été abimé par une crue en 1840 et réparé à l’identique en 1843. Il possède 19 arches. Longueur 200 m – largeur 5 m donc très étroit. Ce pont fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 18 juin 1963.

     

                                                              -----O-----              

     

     

     

                                           Le pont-canal de Béziers

     

               Le pont-canal de l’Orb permet au Canal du Midi de franchir l’Orb dans la traversée de Béziers. Sa construction a débutée en 1854 par P.Paul Riquet et elle finit en 1857. Mis en service en 1858, il a remplacé la traversée dans le lit de la rivière toujours dangereuse lors des grosses crues.

     

                                          Long de 240 m, haut de 12 m, large de 28 m, il dispose de chaque côté d’un chemin de halage. C’est un des plus grands ponts-canaux de France comparable à ceux du Cacor sur le canal latéral de la Garonne et du Guétin à Cuffy sur le canal latéral à la Loire.

     

     

     

                                      Le pont vieux de Sérignan

     

     

     

     

     

                                            Ce pont métallique, construit en 1908 a remplacé un pont suspendu d’une portée de plus de quatre vingts mètres construit en 1851 dont seules les extrémités du pont ont été conservées. Elles ont servi à la réalisation de ce pont centenaire. Deux piles ont été construites en son milieu pour soutenir le tablier métallique. La surface roulante repose sur trois travées de 27 mètres chacune.

     

                                            En 2009, de mars à juin, ce pont a subi un rajeunissement par la mise en place d’une nouvelle bâche thermo-rétractable sur le tablier et la réfection de la couche de roulement. Puis après sablage pour ôter l’ancienne peinture, la partie métallique a reçu l’application d’une nouvelle couche de peinture couleur rouge Gauguin. Cette couleur fait penser à la teinte d’origine du viaduc de Garabit et au Golden Gate de San-Francisco. Mais aucun rapport avec les dimensions des deux ponts si ce n’est que l’on peut faire du canotage sous chacun d’eux.

     

     

     

                                            Puisque le tiers de l’eau potable consommée dans le Biterrois provient du pompage de Réals, je lève mon verre à votre santé. Vous y mettrez l’additif que vous préférez.

     

     

     

    JC d’Oc.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :