• Les hussards voleurs du village

     

                                                                                        pèse vin Salleron

     

    Alors ! Raconte ! N° 88                                 Les hussards voleurs du village.

     

               Dans les années 1950, les viticulteurs du canton de Saint Chinian vivaient relativement heureux. Ils cultivaient leurs 5 hectares de vignes et ils faisaient 300 hl de vin pour faire vivre leur famille avec une relative  facilité. Ils cultivaient les légumes nécessaires à leurs besoins alimentaires et même plus pour nourrir leurs bêtes. Le village allait en paix et l’entraide entre les habitants était très importante. Par exemple, pour les viticulteurs qui n’avaient pas de Caisse Maladie, il fut crée le Secours Mutuel pour leur porter assistance et secours. C’est au milieu de cette décennie, par les méventes du vin que la vie devint plus difficile, mais dans l’insouciance on laissait faire les négociants en vin continuer à escroquer les vignerons. Escrocs de haut vol car l’on était obligé de passer par eux pour vendre notre récolte.

     

               Quelques jours avant la vente, ces pharmaciens œnologues prélevaient dans une bouteille un échantillon de vin du foudre pour en déterminer sa valeur en alcool. Dans un appareil en cuivre appelé ‘’ salleron’’ ils déterminaient le point zéro en faisant bouillir de l’eau (100°), ensuite ils faisaient la même opération avec le vin et sur un thermomètre gradué au millimètre on lisait ainsi au moment de son ébullition sa teneur alcoolique par rapport au point zéro (Exemple l’eau bout à 100°- le vin bout à 87,5° Différence 12°,5 – plus le vin est riche en alcool, plus la solution a son point d’ébullition bas). Le titre est exprimé en degré alcoolique. Ce degré est égal au nombre de litres d’alcool éthylique contenus dans un hectolitre de vin (par exemple un vin de 12°5 = 12,5 litres d’alcool dans 100 litres de vin). Tous les viticulteurs avertis faisaient aussi analyser leur vin avec d’autres appareils et l’on trouvait des différences importantes entre les analyses.

     

                 Deux causes : leur pèse vin était truqué ou bien la bouteille qui permettait de puiser l’échantillon n’était pas toujours vide. La négociation était toujours difficile et c’est la raison qui poussa la majorité des vignerons de Cébazan à se grouper en coopérateurs pour construire une cave de vinification et de vente en 1965 à l’image de celle de Maraussan crée 64 ans auparavant. Chaque coopérateur achetait des parts pour adhérer à la fédération. Un comité de gérance fut crée et par une gestion rigoureuse, les viticulteurs furent payés au mois. Un comité commercial de vente pratiqua des ventes aux meilleurs prix auprès de commerçants honnêtes et évinça rapidement les négociants en vin douteux surtout les mauvais payeurs.

     

                Ainsi, par la volonté, par l’entraide et la générosité, les hussards voleurs disparurent du paysage viticole. Pourquoi le terme hussard: sous le règne de Napoléon, les hussards dévastèrent les villages pour assurer leur survie; la même image s'est reproduite avec ces négociants en vin peu scrupuleux.         JC d’OC 12/2011

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :