• Les mouflons de Colombières sur Orb

     

     

     

     

        
                                                                                   

     

     

     

     Alors ! Raconte ! N° 62

     

                    

     

     

     

                                            Les mouflons de Colombières sur Orb

     

     

     

     

     

                     Dans les gorges sauvages de Colombières en 1956, ont été introduits  des mouflons originaires de Corse au nombre de dix femelles et neuf mâles. C’est cet environnement particulièrement bien adapté du Caroux qui a favorisé leur rapide acclimatation. Lors de randos, il est pratiquement impossible de ne pas en rencontrer, car cette espèce montagnarde a proliféré, sautant de rochers en rochers avec une maîtrise de l’équilibre digne des funambules de cirque.

     

                    Un plan de gestion a été mis en place pour réguler l’espèce aux environs de mille individus. Les mâles sont pourvus de superbes cornes enroulées dont la taille est proportionnelle à l’âge de l’animal. Les femelles, aussi cornues que les mâles se reconnaissent surtout aux couleurs plus claires de leurs museaux. Les mouflons se déplacent en hardes en milieu ouvert. A la saison chaude, ils se tiennent au frais dans les bois et ne sont visibles que le soir au crépuscule ou très tôt le matin.

     

     

     

                      Mais si sauter de rochers en rochers est l’apanage  réservé aux mouflons et le grand plaisir des randonneurs, il est aussi dans cette forteresse qu'est le massif du Caroux classé ‘’ Grand site d’escalade’’ des parois abruptes  réputées pour leur histoire. Dans les années 1920, Azéma et Frayssinet, premiers ‘’découvreurs’’ s’attaquent aux voies classiques de l’escalade dans les rochers  dont la qualité est similaire à celle du massif du Mont Blanc. Les célèbres alpinistes Desmaison et Flématti  ont eux aussi rendu visite à ce massif dont la réputation d’école de haute montagne n’est plus à faire. Ils viendront affiner leur préparation pour les grandes expéditions alpines.

     

                      Le circuit pédestre qui remonte d’abord les profondes gorges de Colombières passe sous le célèbre Bastion, rocher vertical  et si le cœur vous en dit, un parfum d’aventures flotte sur ses arêtes suspendues en plein ciel. Sa paroi est déjà pourvue d’équipements fixes.

     

                       En remontant toujours le sentier vous y verrez d’énormes châtaigniers et des houx géants atteignant 6 à 7 mètres de hauteur et vous arriverez à de curieuses habitations troglodytiques qui servaient de refuges aux ramasseurs de châtaignes, aux bergers et aux chasseurs. Il est à noter que de nombreuses grottes, dans cette zone, étaient utilisées comme bergeries.

     

     

     

                       Descendons d’un pas du haut de cet amphithéâtre que constitue le Caroux et remontons vers Olargues, ce village classé comme l’un des villages les plus beaux de France. Dans les temps anciens, le curé a pris la place du châtelain. En effet le donjon de l’ancien château est devenu le clocher de l’église. Sur ce clocher est placé le blason qui représente un chaudron. C’est Jules César qui a donné le nom au village. Olalargua en latin signifie chaudron.

     

                        Il faut aussi admirer les maisons dont les murs sont recouverts de bardeaux de bois de châtaignier. Ces petites planches ont été taillées à la main en respectant le  sens du fil du bois pour éviter la pénétration des eaux de pluie. C’est aussi la solution la meilleure pour se protéger du froid et de l'humidité car dans les Hauts cantons de l’Hérault, les hivers sont parfois rigoureux.

     

                         Vite ! Vite ! Un mouflon vient de faire les yeux doux à une mouflone ! Chut ! Pas de bruit, laissez faire la nature !

     

     

     

    JC d’Oc.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :