• Mourèze - son cirque dolomitique.Mourèze

     

               
     

      Mourèze - son cirque dolomitique.

     

      Mourèze - son cirque dolomitique.

     

      Mourèze - son cirque dolomitique.

     
     


                arc                                village                       le sphinx

      Mourèze - son cirque dolomitique.

        Mourèze - son cirque dolomitique.

      Mourèze - son cirque dolomitique.

     phallus                      pour rire un peu                       tête de mort

                                               

      Mourèze - son cirque dolomitique.

                                         Vue du belvédère                              

     

     

     Alors! Raconte! N° 180

                                         Mourèze - son cirque dolomitique.

           Il est dans le Nord de l'Hérault , dans le Clermontais, un lieu très intime où les randonneurs que nous sommes depuis fort longtemps apprécient particulièrement.  Englouti dans un chaos de roches calcaires, le petit village de Mourèze, abrité des vents froids qui flirtent des sommets du Clermontais est dominé par son château et son église  couverte de tuiles rosies par le soleil. Le cirque de Mourèze nous dépayse au point de se croire dans un univers magique, voire extraterrestre,  sur la Lune. Ce cirque dolomitique, ce gros gâteau est apparu lorsque une mer chaude( la Thétys) ancêtre de la Méditerranée s'est retirée il y a  160 millions d'années. Puis les différentes périodes chaudes et froides se succédant , le vent, l'eau, le gel ont transformé les roches sédimentaires . Aristote disait" L'Univers est éternel, les mondes naissent et meurent, la Mer avance et recule, ce qui est Terre peut devenir Mer, tout change tout le temps". C'est ainsi que de nos jours, la Tramontane que l'on appelle aussi le Vent d'Autan et les pluies continuent à ciseler et à façonner ce blanc décor de roches ruiniformes formant des sculptures, images de champignons, de têtes et de formes bizarres que l'on interprètent selon son imagination . Ici un phallus gigantesque, un choux fleur, plus loin un arc-boutant, la tête de mort de plus de 7 mètres, les Fées, le Cèpe, la tortue toutes ces pierres difformes, étranges sont dressées vers le ciel et servent de balises sur un petit chemin rocailleux qui nous conduit sur le Mont Liausson. C'est notre petit Bryce Canyon héraultais.

     

           Quand on voit le temps qu'il a fallu pour que cela se forme, nous ne pouvons que rester admiratifs devant Dame nature.

     

           Et dire que nous marchons sur les traces d'hommes préhistoriques. Nos ancêtres ont vécu ici occupant des cavernes, laissant des silex taillés que nos bergers pendaient à leur cou, ultimes coquetteries. Puis, l'homme s'est servi de ce site dolomitique pour créer une petite agglomération en pierre sèche près d'un impressionnant rocher, le Roc Castel à l'âge des métaux. Il y trouva de quoi s'abriter et de quoi se nourrir.

     

           Sur le Roc Castel fut construit le château féodal au VIIIème siècle. Il représente par son importance et sa position l'une des premières forteresses du Clermontais. Il surveillait les alentours et faisait poste frontière entre les territoires de Lodève, de Béziers et de Clermont. Son nom d'origine était " Castro Morecino". Les vicomtes de Béziers occupèrent ce castrum jusqu'à la fin du XIème siècle, puis ce fut le tour des vicomtes de Clermont et des évêques de Lodève. Passé sous le pouvoir royal, il fut fortifié par de hauts remparts. Ce château avait la réputation d'être imprenable. Après les guerres de religion, il fut abandonné par les seigneurs qui préféraient le faste de la Cour du Roi au logis insalubre du château. Il ne reste plus rien de visible de cette place forte que quelques murailles délabrées. La Révolution lui fut fatale tous les biens de la seigneurie de Mourèze furent vendus.

     

            La terre de Mourèze n'étant pas très bonne, au XIXème siècle, l'élevage des moutons, brebis et chèvres était la principale économie du village. Ce qui apporta la suffisance en viandes et fromages à la population. Au début du XXème siècle, des bûcherons italiens commencèrent à exploiter les bois en faisant des charbonnières en haut du cirque .Puis vint une industrie drapière qui, par le manque d'eau périclita rapidement du fait qu'aucun cours d'eau ne coule à Mourèze.

     

           Le nom de Mourèze serait d' origine pré-indo-européen " mûrr" signifiant museau. Signalons que "mourre' en occitan veut aussi dire " museau". Dans le cas de Mourèze, cela signifie promontoire plus gentiment.

     

           La région de Mourèze était réputée pour être très giboyeuse. Les lapins et leurs compagnes jouaient à cache-cache autour des rochers. De là, une anecdote touristique et gastronomique vit le jour. Vers 1920, sur l'angle d'un mur était inscrit : " hôtel, suivez le fil" - un fil de fer menait tout droit dans le cœur du village dans une petite auberge où l'on trouvait table garnie de lapins en gibelotte, de tourdres sur canapé, de bécasses flambées et de perdreaux à la cocotte.

     

           Du haut du belvédère sur le Mont Liausson, nous nous sommes contentés d' une boîte de salade au thon Saupiquet et d' une pomme.

     

               Nous sommes redescendus par un sentier un peu raide vers cette rue du village de Mourèze au nom évocateur de "Rue Coupe Jambes", mais belle randonnée sportive.

    JCdoc 12/2016.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :