• Nos cadrans solaires sur les murs de nos maisons.

        Nos cadrans solaires sur les murs de nos maisons.                                                          

    Alors! Raconte! N° 166

                      Nos cadrans solaires sur les murs de nos maisons.

     

              "Ô temps suspend ton vol et vous heures propices

    Suspendez votre course!  Laissez vous savourer les rapides délices".

                Des plus beaux de nos jours "  - Le lac- Lamartine -

                                                    oooooo-oooooo

            Les plus beaux de mes jours  sont ceux de ma jeunesse insouciante passée dans mon village natal de Cébazan, dans une maison qui m'est un palais et beaucoup d'avantages. Cette maison, plein sud, dont la pièce du haut fut la première école du village en 1835, possède sur son mur un cadran solaire de type méditerranéen. De forme carrée, cette horloge avec ses trois bandeaux d'encadrement a bien résisté aux caprices du temps. Ses chiffres romains indiquent les heures et les points qui les séparent indiquent les demi-heures. Sur sa partie haute une initiale et une date qui m'ont toujours intrigué [  EM - 1846 ] Sur les deux bandeaux verticaux, deux pots de fleurs encadrent l'ensemble.

             Inlassablement, à longueur de journée, le soleil fait toujours tourner de droite vers la gauche l'ombre du gnomon, cette tige en métal rouillé située au centre du carré. Bien sûr, le cadran est inutile sur sa partie haute et lorsque l'astre solaire n'éclaire plus la façade de la maison.

             Lors de sa création le tailleur du cadran devait utiliser les données exactes de l'orientation de la maison et de sa position géographique face au soleil. Il déterminait ses calculs lors du jour de solstice d'été où les jours sont les plus longs. Puis,  il orientait le gnomon sur la position la plus appropriée - ombre verticale - le 21 juin avant de graver les autres heures.

              Mais si l'on veut connaitre l'heure exacte tout le long de l'année, il faut une fois la lecture de l'heure sur le cadran ajouter la correction du jour car les heures sont inégales . Dans la même journée les intervalles de temps ne sont pas égaux. La vitesse apparente du soleil et l'axe d'inclinaison de la terre peuvent faire varier par saisons de 15 minutes l'heure indiquée. Cette correction doit être effectuée quatre fois par an.

              Il est midi en été lorsque le soleil culmine au zénith dans le ciel et l'ombre est verticale. Chaque heure, l'ombre varie de 15°

              Vers 18h, l'ombre est horizontale à droite.

              Au soleil levant, l'ombre indique à gauche qu'il est 9heures.

               Le changement d'heure, faisant suite au choc pétrolier de 1973 a été mis en place par le président Chirac en 1976 mais le soleil ne connait pas les subtilités de la République, si bien que pour compliquer l'œuvre des Anciens, il faut deux fois par an  augmenter ou diminuer les heures. Mais midi à l'heure d'hiver du soleil il est en fait quatorze heures. D'où l'expression " chercher midi à quatorze heures" !!!

             Une curiosité dans notre département est l'église de St Geniès de Fontedit. Cette bourgade en forme quasi-circulaire, dont son passé médiéval a laissé sur les façades exposées au Sud plusieurs cadrans solaires appelés canoniaux. C'est à partir du VIIIème siècle que les cadrans canoniaux sont apparus sur les façades des églises. Ils sont de formes demi-sphériques et divisés en huit ou douze secteurs. L'ombre que le gnomon projetait donnait l'heure des prières. Prime: début de la journée à minuit - Tierce: milieu de la matinée - Sexte : midi - None: milieu de l'après midi vers 15h, Vêpres: coucher du soleil vers 18h et Complies à 19h.. C'était l'organisation des règles monastiques de Saint Benoit dans le Midi. Ainsi était réglée la vie spirituelle des moines - Les heures du cadran canonial de l'église étaient entrecoupées de prières, de lecture, de travail et de sommeil.

               Si les Cébazannais vivaient à l'heure solaire en 1830, il ne faut pas oublier que se sont les chemins de fer et le télégraphe qui ont imposé progressivement l'usage des horloges posées sur le toit des mairies en France. Toutes les horloges de France ont été réglées sur celle de Paris le 15 mars 1891.

               Mon temps d'écriture est dépassé et je vais entendre les douze coups de minuit à l' horloge de mon quartier.

    JC d'Oc 02/2015


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :