• Olargues, la capitale de la vallée du Jaur

     

     

       
                         Alors !  Raconte !  N°20

     

     

     

     

     

                               Olargues, la capitale de la vallée du Jaur.

     

     

     

             Ce village de 400 habitants est classé comme étant l’un des plus beaux de France. C’est un lieu de rêve.

     

     

     

             Le Jaur, rivière d’une longueur de 27 km, affluent de l’Orb prend sa source au centre de St Pons de Tomières, place de la Foire. Sa source est vauclusienne (c.à.d source qui s’échappe à la base des escarpements calcaires). C’est une résurgence. Cette rivière se jette à Tarassac dans l’Orb après avoir traversé  Riols – Prémian – St Etienne d’Albagnan – Olargues et Mons la Trivalle. Son débit moyen 4 m3/s  - étiage 1m3/s  - Htes eaux  8,2 m3/s.

     

     

     

             Du haut de ses deux ponts, on peut voir se faufiler truites et barbots.

     

     

     

             Au dessus d’Olargues, le  barrage du Saut de Vésoles avec ses 60 hectares. Cette retenue a été mise en eau dans les années 50 par EDF. La rivière Bureau tombait autrefois en une cascade impressionnante  de 200 m sur de gigantesques blocs granitiques avant de dégringoler dans le Jaur. Depuis la construction du barrage hydroélectrique qui alimente la centrale de Anglade, la cascade est  diminuée mais  le site des 1000 marches garde toute sa splendeur aux yeux des randonneurs.

     

     

     

             Le  Caroux (alt.1144 m)  est séparé de l’Espinouse par les gorges d’Héric. On ne peut passer cette gorge profonde sans parler de Cébenna ce plateau granitique qui domine toute la vallée. Deux versions s’opposent sur  la légende de Cébenna. Cébenna fille des Titans a été condamnée par les Dieux de l’Olympe à être engloutie par la montagne à laquelle elle donne sa forme. L’autre version plus romantique : Cébenna est venue se coucher  sur la montagne parcequ’elle avait perdu son fiancé Héric et ses larmes ne tarissent pas le torrent qui descend de ses gorges sans soutien.

     

     

     

              

     

              Le Parc régional du Haut Languedoc abrite une faune très diversifiée. Des mouflons en liberté. La plus grande population d’Europe au dessus d’Olargues.

     

              Au printemps il faut admirer la blancheur des cerisiers (production : 4000T de cerises blanches – 8000T de cerises rouges). La châtaigne d’Olargues est depuis le Moyen Age connue jusqu’à Paris. Avec le bois de châtaignier, on fait des cercueils, des manches d’outils, des tonneaux et avec ses feuilles, on fait des litières pour les animaux. Le châtaignier est appelé ‘’arbre à pain’’. Le'' chantonnier'' produit indifféremment des châtaignes et des marrons    vérifier).

     

                Les japonais ont pris des plants de châtaigniers pour les replanter chez eux. Après notre technologie, ils s’attaquent à nos châtaignes , mais ils se régalent avec le beaujolais nouveau.

     

     

     

                Olargues est un village médiéval du 12è siècle avec ses ruelles  tortueuses en calade, ses fenêtres grillées son château en ruine construit à la cime du roc.

     

                Une pierre avec des inscriptions la ‘’Peyro Escrito’’ vieille de plus de 3000 ans a été découverte dans la grotte des Espagnols près d’Olargues. Elle comporte des figures qui représentent schématiquement des humains, des étoiles, des arbres et même une croix gammée. Signes révélateurs à des croyances aux pouvoirs magiques.

     

                 Le village a subi les Vandales (409) L’emplacement bien situé au dessus de la vallée du Jaur a facilité  les invasions (475).  En 1202 le pont du diable  a été construit, (trois arches avec une seule enjambée). Une légende court sur sa construction. Les villageois avaient des difficultés pour construire l’édifice. Une pile construite, aussitôt elle était emportée par une crue. Ils firent appel au diable pour les aider.

     

                ‘’ Le premier qui franchira ce pont me donnera son âme !’’  dit-il

     

    Ce fut un chat qui passa le premier. Ils n’ont pas osé faire passer leurs belles-mères.

     

                   En 1210, par le biais des coutumes féodales, le suzerain d’Olargues se trouvait être le vassal du vicomte de Béziers et de Carcassonne  Raymond de Trencavel ce qui lui valut, durant la Croisades des Albigeois, voir son château assiégé, par Simon de Montfort.

     

                    En 1629 Richelieu, ministre de Louis XIII a démantelé le château.

     

                    En 1720 l’épidémie de peste a épargné la cité.

     

                    En 1723 les inondations du Jaur

     

                    En 1731  gros orages de grêle.

     

                    En 1724 gros ouragans – toitures arrachées – arbres déracinés.

     

                    En 1866 construction de la voie ferrée Castres-Bédarieux avec son pont de type Eiffel à la sortie du village. La ligne sera définitivement fermée en 1986 pour faire place à la ‘’voie verte’’.

     

     

     

                    Le blason  de la cité est un….’’chaudron’’.

     

                    Origine du nom : c’est Jules César qui en est l’auteur :Olalargua.  Ce mot signifie chaudron en latin.

     

     

     

                     Il faut visiter :

     

                                         Le musée de la Préhistoire.

     

                                         Le centre de recherches ‘’Cébenna’’ (1988) sauvegarde des milieux naturels.

     

                                         La grotte  préhistorique.

     

                                         La source du Fréjo (source vauclusienne – eau pure –propriété du Conseil Général).

     

                      

     

                          Ne pas oublier :

     

                                             La saison estivale – promenade des touristes.

     

                                             Sa culture.

     

                                             Son festival de musique (Prieuré de St Julien –

     

                                             Orgues de l’église – Orgues de l’Abbé Clergeol)

     

    .                                        Sa restauration de qualité et ses produits du terroir-

     

                                             Noix, huile, amandes, ces vins Berlou-Roquebrun (AOC St Chinian).

     

                                     

     

                                             Et surtout ses randos ! En commençant par le pont roman en marbre puis les ruelles pavées qui conduisent au belvédère par l’escalier de la Commanderie.

     

     

     JC d’Oc                                     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :