• Saint Guilhem le desert BIS

     

     

    Alors ! Raconte N° 24  suite. Quelques notes pour compléter

     

             Rando du mardi 22 mars 2011

     

     

     

                                      

     

                                                                 ---O---

     

           L’épée de Guillaume ‘’  Joyeuse ‘’ que lui donna Charlemagne aurait été enterrée dans le cirque du Bout du Monde. Cette épée magique fait l'objet de recherches par les habitants du village. Enfin, tout espoir de la retrouver est permis!

     

                                                                  ---O---

     

           Il existe un ensemble poétique de 130.000 vers qui retrace avec minutie la vie de Guillaume d’Orange ainsi que 24 chansons de geste plus ou moins longues. Cette littérature écrite entre le 12ième et jusqu’au 14ième siècle  évoque la vie de tous les instants de Guillaume lors des affrontements avec les Sarrazins.  Cet ensemble de poème récité ou chanté d’un seul trait  trace le courage de ce héros toujours exemplaire Elle est plus importante que la chanson de Roland qui est la plus connue. ‘’Père ! Gardes toi à droite – Père ! Gardes toi à gauche’’ – 578 Roncevaux – Il paraitrait que ce n’était pas les Sarrazins face aux Francs mais l’armée Basque qui a mis en déroute Charlemagne. Il devait faire nuit. Les missi dominici, les facteurs de l’époque n’ont pas averti Charlemagne que Roland prenait la rouste.

     

            Charlemagne a eu 9 épouses sans compter nombreuses maitresses. Il a fait des enfants comme Louis XIV.

     

                                                                    ---O---

     

           On appelait Guillaume – Guillaume au court nez (suite à une blessure reçue en Syrie)

     

    -      Guilhem en occitan.

     

    -      Guillaume Fièrebrace car il était un costaud surpuissant.

     

    Guillaume d’Orange, né en 742, tumultueux guerrier, duc de Toulouse, marquis de Septimanie, cousin germain de Charlemagne,  petit fils de Charles Martel, comte de Toulouse en 790, pourfendeur des Sarrazins lors de la prise de Barcelone en 803. Meurt en 812 à l’âge de 70 ans et est  enterré dans l’abbaye et canonisé  en 1066.

     

             Il est battu en 793 par les Sarrazins sur les bords de l’Orbieu (rivière qui passe à Lagrasse, Fontfroide, ville rouge Termenes, 80 Km. L’Orbieu  affluent de l’Aude, prend sa source près du Puc de Bug Arrache à 822m d’altitude.

     

            La chasse contre les infidèles ne l’a pas empêché de convoler en justes noces avec la dame de son cœur Orable, une fille sarrasine musulmane. A la mort prématurée de sa femme, dans la douleur de l’absente, Guillaume se réfugie  dans le cirque de l’Infernet, dans les gorges du Verdus pour y faire retraite.

     

                                                                       ----O----

     

             La Gothie n’est que la Septimanie romaine (Pyrénées Orientales, Aude, Hérault et Gard)

     

                                                                       ----O----                                                                                                                                                 Le château du Géant

     

        Cette bâtisse imposante en ruines du 9ième siècle se situe au dessus du village de ST Guilhem le Désert et en dessous du pigeonnier qui lui est du 15ième siècle. Ce Géant aurait, selon la légende tué Guillaume d'Orange mais une autre fin de notre héros est toutefois aussi gratifiante. Avant la construction de l’abbaye au 9ième siècle, le château existait déjà sur les vestiges d'une forteresse redoutable. Le Géant avait une pie comme seule compagne qui lui jouait des tours. Lorsqu’un individu venait défier le Géant, la pie le prévenait mais parfois, ce n’était pas vrai. Jusqu’au jour ou Guilhem est venu défier le Géant. La pie prévint ce dernier et lui dit ‘’Gare Géant, voilà Guilhem’’,  mais le Géant ne l’écouta pas. Guilhem le combattit et le fit tomber des hauteurs de son château. Le Géant mort, les pies en punition ne vécurent alors pas plus de trois jours.

     

                                                                        ---O---

     

                                                                    Le village

     

              Sur la place de la Liberté, avec son platane planté le 21 janvier 1855 et qui possède une circonférence de 6 mètres, la fontaine républicaine tourne le dos à l’abbaye (signe de l’opposition républicaine à la religion). Cette fontaine a été construite en 1907 et fait couler par ses quatre robinets l’eau des quatre sources du Verdus venant du Bout du Monde.

     

               Le village de Saint Guilhem le désert possède 11 fontaines qui sont pérennes aussi bien l’hiver que l’été. Le Verdus, véritable moelle épinière alimentait non seulement les jardins et vergers mais faisait aussi tourner les moulins à huile et les roues à eau pour moudre le grain. De 1780 à 1920, St Guilhem était renommé pour ses tournages des souches de buis pour fabriquer des boules de pétanque.

     

               Le Pont du Diable a été construit en 1036 (classé Monument historique)

     

              Sur la même place, lors de la crue de 1907, un âne avait été attaché au platane. La force de la crue détacha l’âne et l’entraina dans l’abbaye dont la porte avait été ouverte pour éviter la force de l’eau. L’âne se trouva assis sur le maître autel au fond de l’abside mais, miracle si on le croit, fut sauvé de la noyade. Il devait s’appeler Boudu (sauvé des eaux)

     

               Les habitants de Saint Guilhem le Désert se nomment entr’eux ‘’ Les sautas rocs’’

     

    Le terme de Désert, à cette époque ne désignait pas comme au Sahara la dénudation complète du paysage mais plutôt l’absence de l’homme et de toute activité humaine mais aussi situation très dure à vivre d’où méditation, recueillement et retour sur soi.

     

                                                               ---O---

     

     Quelques mots sur l’abbaye de Gélonne.

     

             L’abbaye d’Aniane, fondée en 782 par un nommé Witiza,  le fameux Benoit comte de Maguelone, fondateur de l’ordre des Bénédictins.

     

               Benoit fonde en 804 un hameau monastique dans le vallon de Gellone, futur St Guilhem le désert et dicte la règle de vie des Bénédictins ‘’ la Pax’’. L’abbé dirige la spiritualité, le travail manuel, la lecture divine,  la prière et l’office divin. Pas de télé, pas de ciné que des curés à genoux. Plusieurs centaines de moines y ont séjourné car cette abbaye est une étape importante sur le chemin de Compostelle, chemin de venant de Arles et se poursuivant vers la Via Tolosana par les gorges de l’Aude.

     

              A droite et à gauche de la nef, deux absidioles.

     

    -      Abside Nord

     

               Se trouvent dans une niche les différentes reliques de St Guilhem. Une dent montée sur un manche d’argent. Cette dent trempée dans un verre d’eau que le malade devait boire devait assurer sa guérison.

     

    -       Abside Sud

     

                Se trouvent les tombeaux des différents abbés – Le sarcophage vide de Guilhem et ceux de ses sœurs Albane et Bertrande. En effet, la dépouille de Guilhem, cachée par les moines lors des guerres de religion a été retrouvée  en 1679 et placée dans une châsse d’argent surmontée du buste du saint. A la Révolution, ce reliquaire est fondu pour financer la nation et les restes de Guilhem sont perdus à jamais. – les reliques composées d’un bout de la  vraie croix du Christ offerte par Charlemagne à son cousin ainsi qu’une riche bibliothèque  liturgique composé de manuscrits enluminés. Le morceau de croix ayant été offert à Charlemagne par le Patriarche de Jérusalem lors d’une croisade.

     

                Cette abside asymétrique est orientée de 3° Est pour recueillit le plus vite la lumière du soleil.

     

    -      La Nef

     

               La nef possède deux fenêtres très hautes pour faire rentrer le premier soleil pointant au dessus des collines. Sur les murs, de nombreux trous de boulins permettaient de fixer des échafaudages. Sur les bas cotés des bancs de pierre pour le repos des pèlerins. Nombreuses statues et tableaux de maître.

     

               Au 12ième siècle, les moines se réfugient dans la tribune voutée pour ne pas côtoyer les pèlerins et pour avoir leur tranquillité. C’est à cette époque qu’a lieu la construction du gimet ou narthex. C’est une salle carrée, voutée avec des bancs de pierre. Ce lieu accueillait les pèlerins allant à St Jacques de Compostelle, les malades et même les hérétiques demandant repenti.

     

               L’orgue construit au 18ième siècle par le célèbre facteur d’orgue Aristide Cavallié.

     

                Les porches d’entrée  N et S permettaient l’accès pour les gens du village. L’accès N face au platane de la place possède trois voussures (demi-cercles au dessus du portail) ainsi que deux têtes féminines du 12ième. La façade comporte de nombreux trous de boulin (échafaudage).

     

                 Ainsi se termine ce que nous avons eu la chance de découvrir lors de notre rando à Saint Guilhem le Désert. Il suffit d'ouvrir les yeux et de se documenter avant de partir.

     

    JC d’Oc.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :