• Château de Lauzières en ruines et chapelle de Roubignac

     

     

        
                        

     

        Alors ! Raconte ! N° 75.

     

     

     

                  Château de Lauzières en ruines et chapelle de Roubignac.

     

                                                      Ces deux édifices font parti de la commune d’Octon   (419 habitants)  traversée par la rivière Salagou et située près du lac Salagou dans un environnement de garrigues et de vignes qui poussent sur un sol rouge – la ruffe **. Une particularité de ce village, la fontaine de la Place est datée du 5 ventôse an 109 soit le 26 février 1901. ? Cherchez l’erreur ! Le calendrier révolutionnaire n'existait pas en l'an 109.Il n'a duré que 12 années de 1793 à 1805. Peut être que le maire d'Octon en 1901 était un nostalgique de la Révolution et l'a fait perdurer. 

     

                 Les ruines du château de Lauzières à Octon.

     

               Cet édifice féodal construit au 9ème siècle par la famille de Lauzières.  Peu d’histoire  sur le Net si ce n’est qu’il protégeait les paysans qui travaillaient dans le hameau voisin  de Octon qui se peuplait au XIème siècle après la grande frayeur de l’an 1000. A cette époque là les Hauts Cantons de l’Hérault se couvraient de blancs manteaux d’églises et la natalité était très importante. Il est resté habité jusqu’à la fin du 19ème siècle puis abandonné.  Actuellement il est en cours de restauration.

     

                  La chapelle de Roubignac.

     

                Visiter la chapelle romane – le jardin – le cimetière  attenant à la chapelle où les habitants du hameau de Valarèdes viennent se faire enterrer à l’intérieur – la tribune décorée- le fronton.

     

                Site daté du 12ième siècle. Cette chapelle construite sur une construction Wisigothique du 9ième siècle. Détruite,  la chapelle de Roubignac a été reconstruite par l’évêque St Fultrans de Lodève. Elle figure dans un acte du testament de St Fultrans de 907.

     

    Sur cette zone géographique, il y avait le hameau de Rouvignac qui s’est appelé par la suite Roubignac. Elle était alors église et elle se partageait avec plusieurs lieux habités.

     

    L’architecture est romane et même  du 1er art roman languedocien (type abbaye de Gellone  - chapelle de Nissan).

     

    L’intérieur possède un chevet pentagonal (5 cotés) avec abside en cul de four. Le  portail sud est décoré de la croix  ‘’pattée’ (bras étroits au niveau du centre et larges en périphérie)’. Elle témoigne de l’époque où les proprios étaient les Templiers. Cette croix maltaise est encadrée de 2 fidèles en prière. Quatre chapiteaux encadrent la porte (un avec motif anthropomorphe (qui ressemble à l’homme) et trois avec motifs de végétaux). D’autres sont visibles de l’intérieur.

     

                   Cette église a été déclassée en 1310 lorsque les seigneurs de Lauzières érigèrent leur propre chapelle en paroisse. La chapelle de Roubignac a été classé Monument historique en 1954. C’est un très bel édifice bien conservé.

     

              **  Une info sur la ruffe.

     

                   Cette terre  appelée la ruffe  est caractérisée par la présence d’oxyde de fer (hématite) qui lui donne sa couleur rouge lie de vin. La formation des terrains remonte entre 280 et 225 millions d’années soit vers la fin de l’ère primaire. C’est le résultat de dépôts successifs dans les mers, en grande profondeur, donc dans un milieu peu oxygéné. Le plancton  et de substrat terrestre se sont déposés par séquences régulières sous forme de couches de boue argileuse. Selon les périodes du dépôt ou des modifications du plancton des strates sont apparues horizontalement dans le fond marin. Les bancs issus de la sédimentation sont des particules calcaires ou bien marneuses. Puis à la moitié de l’ère secondaire (il y a 80millions d’années), la purée s’est mise à bouillir. Notre terre sous la pression du Massif Central et des Pyrénées s’est solidifiée, mélangée,  puis a subi une forte érosion. C’est pour cette raison que l’on repère dans les ruffes du Salagou des coupes de sols marneux rouges- appelés peau de serpent  avec alternance en bancs horizontaux de petites pierres de calcaire blanc.

     

                     Cette exceptionnelle leçon de géologie que nous livrent ces paysages, ce concentré d’érosion  et de mouvements de l’écorce terrestre ne nous laisse pas indifférents. Peu de régions françaises offrent une telle diversité géologique aussi remarquable. Sachons la préserver.

     

    JC d’Oc

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :