• Une bien belle marquise !

     

                                  Alors ! Raconte n° 99

     

    Une bien belle marquise !

     

     

     

           Beaucoup de personnes sont passées sous cette magnifique ‘’ marquise’’ et n’ont pas fait référence à sa beauté, à sa stature et à sa livrée .  Pourtant, ce n’est pas très loin de chez nous que cette plantureuse vieille dame a hissé sa charpente dans la ville de Bédarieux. Ce n’est ni la Pompadour, ni Mme de Sévigné, ni  Angélique la marquise des anges mais elle a trouvé refuge dans la gare de la ville.

     

          Depuis longtemps, Bédarieux a été un important nœud ferroviaire. Nos chemins de randonnées nous ont souvent amené au dessus de La Tour sur Orb, sur le Tantajo où nous avons aperçu ce viaduc ferroviaire de plus de 713m de longueur sur lequel étaient transportés les wagons de charbon dès 1856. Ce viaduc a été construit avec les pierres de Soumont près de Lodève et avec la chaux de l’usine de La Tour sur Orb. Il comporte 37 arches de 15 m d’ouverture et domine l’Orb de plus de 25 m de hauteur. C’est en 1858 que la voie ferrée de Béziers à Bédarieux fut mise en service, ce qui permettait à la ville de sortir de son isolement et qui ouvrait au public la perspective vers Graissessac. Puis d’autres lignes vinrent se greffer notamment celles vers Montpellier en 1877 et vers Castres en 1889. Cette même année, une nouvelle gare fut construite pour remplacer la ‘’ vieille’’ faite de bric et de broc, de pierre et de bois datée de 1858. Le trafic passager n’était pas négligeable puis qu’il a accueilli 109 386 dès la première année de son exploitation.

     

              Nécrologie ! Le 5 juin 1890, une Bédaricienne, Noémie Berthomieu mourut sans héritier en laissant à sa ville natale la coquète somme de plus d’un million de francs. Lors de ses obsèques tous les habitants sans distinction de profession, d’opinion, de religion firent honneur d’assister en remerciement de ce don fabuleux. Le testament laissé stipulait que cet argent devait servir en priorité aux pauvres de la ville.

     

                 Le maire fit construire l’hôpital de la Providence (avenue Noémie Berthomieu) sur le terrain donné par M. Peyre en 1895.

     

                  Mais tout ne fut pas dépensé et il restait assez l’argent pour la construction de la fameuse marquise de la gare. Cette architecture inspirée de Eiffel fut mise en place en 1903 par la société Daydé & Pillé de Creil. Elle coûta la somme de 186 472 francs.

     

                  Ainsi, lorsque vous passerez dans un train express régional sous les jupons de la marquise de Bédarieux, vous penserez à cette brave femme empreinte de fraternité, pénétrée d’idées d’égalité et de solidarité chrétienne.

     

    JC d’Oc 11/2012

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :