• La fête de la châtaigne à Olargues

     

     

     

     

                    Alors !   Raconte !!!    N° 3 

     

             

     

                                              La fête de la châtaigne à Olargues

     

     

     

                   Cette fête à lieu tous les ans  vers le 2 Novembre. Dans les rues escarpées de ce lieu où sous le pont du diable coule le Jaur, les habitants font la fête en l’honneur de la châtaigne. Ils chantent « la complainte du châtaignier », chanson que les troubadours colportaient au Moyen âge de villages en villages.

     

     

     

                   La châtaigne et le marron ont la même origine. Le fruit a plusieurs lobes pour la châtaigne, tandis que le marron n’en a qu’un, parfois deux. Le marronnier est une variété de châtaignier dont l’espèce a été améliorée par des greffages successifs.

     

     

     

                   Cet arbre est appelé  ‘’ Arbre à pain’’  ou  ‘’ arbre d’or’’. Il a aidé nos ancêtres à surmonter les nombreuses famines du passé. Le bois du châtaignier est très solide, c’est un répulsif d’insectes xylophages. Il ne gonfle pas dans l’eau et on s’en sert pour faire des tonneaux, des foudres, des comportes, des piquets de ceps de vigne (en patois occitan ‘’lous  paissels’’), des paniers, des castagnettes, la chistéra basque pour la pelote et des sculptures d’églises. C’est Antoine de Parmentier (celui qui a ramené les pommes de terre) qui, grâce à l’appui de Louis XVI  a implanté cet arbre en France. Traité de la châtaigne 1780. C’est même lui qui,  par ses recherches a fabriqué les premières farines. Avec la farine de châtaigne on cuisine de bonnes tartes en Corse, on fait des beignets et de la soupe. On peut la griller, la confire dans un bouradou, la faire sécher (châtaignons).

     

                  Un dicton «  Châtaigne et vin nouveau font pisser les dames dans leurs culottes. »  ‘’ Il n’existait pas les couches LIBRA’’.

     

                  Originaire d’Asie, d’Arménie et de Turquie, elle est apparue  au 4ème  siècle dans ces pays. Son nom d’origine est ‘’noix castanéïque ‘’.

     

                   Le châtaignier pousse sur des terrains acides, bien exposés et entre 600 et 700 m d’altitude. Fabre de Bédarieux a écrit’’ le châtaignier est le roi de nos montagnes’’. Il est sensible aux grands froids. En 1956, il a fait -20° et il y avait dans notre région  1m de neige. Ce froid a fait disparaître plus de la moitié  des châtaigniers dans le Somail.

     

                    Ramassée en automne cet akène est conservé par dessiccation dans des séchoirs à feu doux (conservation  3 à 4ans). Il faut aller voir les séchoirs à châtaignes à Saint Vincent d’Olargues. Il faut aller voir à Riols, mais il y en a aussi sur les bords de la route de Ceps au Pont de Tarassac, des nacelles suspendues par un câble au dessus de la vallée qui permettaient  de descendre des hauteurs les sacs de châtaignes  et le bois. Le tout étant actionné par un treuil, à bras d’hommes : Des sortes de tyroliennes.

     

                    La fête de la châtaigne est toujours après la vendange car on la marie avec le vin nouveau. De multiples vertus : « C’est un arbre à viande ! »   dit-on dans le Somail, en effet, elle sert à l’alimentation des porcs et des sangliers. Elle est bonne pour la dysenterie des enfants grâce à son tanin. Elle possède de la vitamine C  (contre le déchaussement des dents par le scorbut). Sa farine de couleur blonde est sans gluten, elle possède de nombreuses protéines, des acides aminés et des fibres. Sa farine est plus fine que celle du maïs.

     

                   Elle est aphrodisiaque. En Grèce, elle est appelée « le testicule de Zeus »

     

                   Le châtaignier pousse sur 4% de la surface boisée en France.

     

                   Le tronc de l’arbre peut être attaqué par le chancre de l’écorce ou l’ancre causée par  un champignon. Depuis 2008, un prédateur venu d'Asie ravage les châtaigneraies, le sinistre sinis. Il faut noter qu’une châtaigne atteinte d’un ver, plongée dans de l’eau, remonte toujours à la surface.

     

                   La production est en déclin : 512.OOOT en 1880…..  30.000T en 2008.

     

                   La France est au 4ème rang mondial après le Japon, l’Espagne et le Portugal.

     

                   Des champignons poussent sous son ombrage : la russule, le bolet, le phytophthora en touffes. Des fleurs d’ombre : fougères, millepertuis, millefeuilles etc... Ses chatons sont riches en pollen  (miel de châtaignier).

     

                   Le châtaignier est mâle et femelle et vit entre 900 et 1000 ans. Charlemagne, l’empereur à la barbe fleurie, était grand amateur de châtaignes. Lors de son couronnement, sa couronne était faite de feuilles et de bois de châtaignier.

     

                   Quelques expressions tirées de la châtaigne :

     

    -      tirer les marrons du feu  (pour les héritages)

     

    -      la castagne (la bagarre)

     

    -      prendre une châtaigne (dans le rugby on connaît)

     

    -      avocat marron (peu respectable)

     

    -      ma femme est une châtaigne sous vogue  (froide, piquante)

     

     

     

                    Ne pas confondre avec le marron d’Inde (un seul noyau) dont on tire un remède contre les hémorroïdes. Mettre 3 marrons d’Inde dans sa poche pour se prémunir des troubles gastriques. Prendre bonne note pour le prochain pique-nique.

                    Ne pas oublier aussi que la vallée du Jaur produit les 20% de cerises consommées en France. Autre couronne à placer sur le clocher de l'église St Laurent d'Olargues.

     

                   Vous savez tout sur cet arbre !!  Un regret seulement il n’y a plus sur les Allées Paul Riquet de Béziers en hiver, le petit train qui vendait des marrons. Son mécanicien, les doigts brulés roulait si bien les marrons dans des cornets de journaux.

     

     

     

    JC d’Oc.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Avril à 23:00

    Magnifique ! bcp aimé... Merci 

    2
    BOULET Jean
    Mercredi 29 Août à 18:57
    BOULET Jean

     

    Le saviez-vous ? La fête de la « castagne », à Saint-Pons, c’était le 24 août. Vous le déduirez d’une d’une note de Melchior Barthès (1818-1886), le félibre et pharmacien local, qui publia sous forme de 36 quatrains l’Armanat de 1853, au tome II de ses « Flouretos de Mountagno ».

     

     

     

    • Nostres paizans fenissou de dansa lou 24 d'agoust, jour de la fèsto de S. Bertoumiu, ou lou dimenche que ven apèi. Aquel jour sas izagnos se derrebelhou, e sous guirguils se rècloù beziadomen à cops de pungs, amai se cal, à cops de bastoùs (note de l'auteur). 

     

    Nos paysans clôturent les bals d'été le 24 août, pour la Saint-Barthélémy, ou le dimanche qui suit. Ce jour réveille les conflits, et leurs querelles se règlent gentiment à coups de poings, voire, si nécessaire, de bâtons. 

     

     

     

    Des plaisantins pourraient voir là l'origine de la fête de la "castagne" à Saint-Pons. A partir de 1977, los Castanhaires dal Somalh ont célébré la châtaigne locale et le marron d'Olargues de façon plus pacifique et gustative à la fête de fin octobre.

     

     

     

    Voici le 3e quatrain du mois d’août, au temps où l’on dansait, tout l’été, le butavant à Saint-Pons.

     

     

     

    Aboudats à San Roc, n'aurez jamai la pèsto

     

    Que metèt Louïs-Nòu sus la poste à Tunis

     

    Lou quinze, Ave, Maria. Pèi grando batadèsto

     

    Quand, per San-Bertoumiu, lou buto-ban fenìs.

     

     

     

    Dévots de Saint Roch (16/8 recours des pestiférés), vous n'aurez jamais la peste qui coucha Louis IX sur la planche à Tunis (décès à la 8e croisade le 25/8/1270), le quinze (Assomption de N.- D.), Ave, Maria. Puis grande bagarre, quand à la Saint-Barthélémy, le butavant prend fin. 

     

    JB.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :